La rénovation thematique des bâtiments


  24 Août 2015


La rénovation thematique des bâtiments

À Paris, le besoin d’efficience thermique est colossal. Le poids des logements collectifs devrait néanmoins faciliter les rénovatiions, si les aides publiques se révèlent suffisamment attractives. Pour les entreprises franciliennes du bâtiment et leurs partenaires (experts-comptables compris !), la rénovation thermique des habitats implique de formidables opportunités d’activité à long terme.

Les transitions énergétiques, moteur de la croissance économique

Les transitions énergétiques constituent les temps forts de l’histoire économique. A l’origine de ces transitions, une innovation majeure, qui permet le basculement vers un mode de productivité générale de l’économie : l’apparition des moulins à eau et des charrues au Moyen-Âge, la machine à vapeur au XVIIe siècle, le pétrole au XXe siècle, etc.

Nous sommes aujourd’hui au début d’une nouvelle transition majeure : celle des énergies renouvelables et d’une consommation énergétique raisonnée. Cette fois, l’intérêt n’est plus seulement économique mais aussi écologique. Les énergies « vertes » restent en effet plus onéreuses que le pétrole, le charbon ou le nucléaire, mais les risques globaux du dérèglement climatique et de la prolifération nucléaire obligement à précipiter leur développement. Contrairement aux précédents transitions énergétiques, celle du XXIe siècle ne se réalisera donc pas « naturellement », par les seules forces du marché, mais grâce à l’action déterminée des pouvoirs publics. Naturelle ou non, cette transition à marche forcée s’accompagner de formidables opportunités pour les entreprises franciliennes. Première région française en termes de population et d’activité économique , l’Ile-de-France se doit d’être la figure de proue de cette nouvelle transition.

Des mesures incitatives, un soutien de long terme pour l’économie francilienne

Avec 5,3 millions de logements en Île-de-France , plutôt anciens, la rénovation thermique des bâtiments est l’une des principales stratégies pour la transition, et sans doute la plus favorable aux entreprises franciliennes . Suivant nos estimations, la rénovation thermique soutiendrait déjà plus de 10000 emplois dans la région. En faveur de cette stratégie, l’État a renforcé son arsenal de mesures incitatives, avec la loi pour la transition énergétique. Quatre dispositifs nationaux favorisent ainsi la demande de rénovation thermique des bâtiments : le crédit d’impôt développement durable, l’éco-prêt à taux zéro, le taux réduit de TVA (5,5 %) et l’aide financière à la solidarité écologique. À cela s’ajoutent des subventions à la discrétion des collectivités locales. La région Île-de-France et ses départements ont ainsi développé leurs propres aides complémentaires. La ville de Paris soutient, quant à elle, le plus grand programme de rénovation thermique du pays avec deux subventions exceptionnelles accordées aux syndicats de copropriété, désireux d’améliorer l’empreinte écologique de leur immeuble .

En Île-de-France, les bâtiments représentent 60% de la consommation énergétique et 50% des émissions de gaz à effet de serre. Pour réduire la facture énergétique de l’habitat vise, à l’horizon 2020 , la rénovation de 125000 habitations par an dans la région , dont 40000 logements individuels privés, 50000 collectifs privés et 35000 HLM. Comparativement au reste du pays, le nombre de logements collectifs en Île-de-France facilitera la tenue de cet objectif.

Paris et la petite couronne : rénover à tout prix

Paris et la petite couronne sont les territoires français qui vont le plus bénéficier du soutien économique de la rénovation thermique des bâtiments, pour deux raisons :

1. leur parc de logements est très largement collectif

On compte en effet 96% d’appartements à Paris, 86% dans les Hauts-de-Seine, 75% dans le Val-de-Marne et 72% en Seine-Saint-Denis, contre seulement 49% dans les départements de la grande couronne et 43% en France métropolitaine.

2. leur parc est relativement ancien

Avec plus de six logements parisiens sur dix bâtis avant 1914, la capitale concentre à elle seule les deux tiers des constructions d’avant-guerre de la région. En petite couronne, un logement sur trois date d’avant 1949. En grande couronne, les habitations aussi anciennes ne représentent cependant que 16% du parc.

Par manque de foncier disponible et abordable, il devient de plus en plus complexe de construire à Paris et en petite couronne. Les perspectives d’activité dans la rénovation thermique sont donc tout particulièrement bienvenues pour les professionnels du bâtiment qui exercent dans ces localités.

Habitants et entreprises du bâtiment : deux gagnants de la rénovation thermique

À terme, tous les acteurs économiques sortiront grands gagnants de la transition énergétique. En matière de rénovation thermique, les artisans, les TPE et les PME du bâtiment en seront les premiers bénéficiaires. Leurs partenaires commerciaux , comme les bureaux d’études, les architectes, les banques et les experts-comptables, en profiteront également. Passé le coût de l’investissement initial, les ménages verront eux leur facture énergétique s’alléger ; libérant ainsi du pouvoir d’achat pour leurs autres postes de dépenses.

L’investissement dans la rénovation énergétique implique un effet multiplicateur particulièrement élevé sur l’emploi : 14,2 emplois créés ou sauvegardés pour un million d’euros investi, suivant une estimation établie par le ministère de la Relance en 2009. En comparaison, investir un montant équivalent dans les énergies renouvelables créerait 6,4 emplois . Dans la construction de nouveaux bâtiments, le ratio s’élèverait à 11,6 emplois. L’atonie de l’activité, l’importance du taux de chômage et la faiblesse des taux d’intérêts tendent à améliorer l’effet multiplicateur. Suivant les estimations du gouvernement, la rénovation énergétique, concernant à la fois l’isolation, les ouvertures et le chauffage, de 500000 logements par an permettrait la création de 75000 emplois directs et indirects, dont 18000 devraient être localisés en Île-de-France .




Cabinet Audit Experts - Expert Comptable Nanterre 92 - Expertise Comptable Nanterre - Commissaire aux comptes - COMPTABILITÉ Nanterre


M. Frédéric JANVIER, expert-comptable - Commissaire aux Comptes, se tient à votre disposition pour toute information complémentaire.

 Tel.  01.47.75.17.17.  E-mail.  janvier.f@orange.fr















Cabinet AUDIT Experts